Billet d’humeur – La Coupe du Monde féminine, tout ça pour ça…

By
Updated: juillet 7, 2015

Comme on y allait pendant que les bleues étaient encore en course… Record d’audience sur la TNT, les français à fond derrière leur équipe, enfin des joueuses fières d’honorer leur maillot.

Journaux TV, Unes de quotidiens nationaux, c’est même un sujet dont on a parlé dans des talk-shaw…

Mais qu’est ce qu’on a bien pu entendre.

Comme bon nombre de sports masculins, le football féminin pâtit de sa comparaison avec le foot masculin.

Si je devais aller plus loin, je pourrais presque dire que le football féminin existe autant grâce à sa comparaison avec le foot masculin, mais je ne m’y risquerais pas.

Compare-t-on le tennis féminin et masculin ? Le basket féminin et masculin, le hand féminin et masculin ? Non. Ce n’est donc pas une affaire de sexisme.

Pourtant, tous ces sports ont eux été comparés au football… Avec un seul point de comparaison, toujours le même : l’image, les valeurs.

Désormais, l’impression générale est que le foot féminin représente dignement et honorablement la France, contrairement à ces « petits cons irrespectueux » qui garnissent nos clubs et notre équipe de France.

Face à toutes ces comparaisons, je vais m’atteler à ce que je déteste faire : comparer le foot masculin et le foot féminin. Mais uniquement d’un point de vue technique.

Le reste, c’est de la pacotille tant le contexte et les enjeux sont différents.

On parle des gardiens de but ? Non, bon ok, on le sait déjà.

La finale de Coupe du Monde entre les USA et le Japon

Personnellement, j’ai joué en amateur, j’ai regardé des centaines de milliers de matchs depuis ma naissance. Pas une seule fois dans ma vie je n’ai vu un corner tiré à ras de terre être repris victorieusement au point de penalty.

Pas une seule.

Comme si cela ne suffisait pas, rebelote sur un coup franc 2 minutes plus tard.

La suite, une tête en chandelle totalement ratée qui retombe dans les pieds de l’attaquante adverse qui peut fusiller la gardienne, qui ne sort évidemment toujours pas de ses cages, d’une jolie volée.

Comme si 3-0 au bout d’un quart d’heure de jeu ne suffisait pas, sur l’engagement des japonaises, Loyd y va de son triplé en lobant de 50 mètres une gardienne qui s’emmêlait les pieds en reculant et poussant même la balle dans son propre but.

Et dire que j’ai pu lire dans des articles des comparaisons comme « Le fameux but que Pelé n’a pas marqué en 1970 contre la Tchécoslovaquie.« 

Non mais sérieusement…

4-0 au bout de 20 minutes en finale de Coupe du Monde, des errements défensifs d’une autre planète, de niveau district. Et c’est la finale de la Coupe du Monde ! Le haut du haut du gratin !

M’enfin bon, aujourd’hui, mieux vaut ne rien dire…

Des différences physiques évidentes

Soyons honnête jusqu’au bout, certaines phases de jeu peuvent être très plaisantes – surtout du côté des japonaises – à une touche de balle, allant vite vers l’avant. Mais 75% du temps, que c’est lent !

Alors oui la différence physique est énorme. C’est un fait.

Mais quand je vois le nombre de passes en touche, de contrôles ratés, de centres qui ne se lèvent pas, de passes latérales totalement forcées au risque qu’elle ne soit pas assez puissantes…

Vous me direz, peut y avoir les mêmes en Ligue 1 !

Mais pas en finale de Coupe du Monde…

Alors dois-je être punis pour mettre en avant ces carences là ? Pour mettre le doigt sur la différence d’intensité, de rapidité, de déséquilibre ?

Malheureusement, ces trois caractéristiques là me semblent être trois des plus importantes du football.

Un attrait qui pose question

Alors pourquoi autant d’enthousiasme derrière cette équipe de France qui n’aura pas démérité, et qui se sera évidemment bien battue, qu’on salue et qu’on félicite même..?

Pourquoi doit-on forcément s’enthousiasmer pour le football féminin ?

Je pense que pour faire avancer le débat, c’est cette question qui doit être posée.

Pas simplement cette maudite comparaison qui n’a ni queue ni tête et aucun autre but que de salir l’image d’un football masculin déjà assez pourri comme ça.

Évidemment, je tenterais d’y répondre très rapidement et vous aurez mon avis à ce sujet.

La crise identitaire et la pression médiatique y sont forcément pour beaucoup, comme vous pouvez vous en douter…


Billet d’humeur – La Coupe du Monde féminine, tout ça pour ça…

Les dernières infos foot sur : Billet d’humeur – La Coupe du Monde féminine, tout ça pour ça….

4 Commentaire

  1. Velk

    7 juillet 2015 at 1 h 14 min

    « Pourquoi doit-on forcément s’enthousiasmer pour le football féminin ? »

    Et pourquoi pas?

    Oui le foot féminin est encore en progression et pour l’instant ce n’est pas forcément du haut niveau. Oui il y a moins d’impact physique (normal) et moins de qualités technique (normal aussi) mais il y a aussi beaucoup moins de fautes, moins d’arrêts de jeu, moins de simulation, moins de chouineurs qui entourent l’arbitre a 10 a la moindre faute…c’est franchement assez plaisant de regarder un football comme cela.

    Etant supporter lyonnais, je suis l’équipe féminine de Lyon depuis plusieurs années et j’ai pris du plaisir a regarder beaucoup de leurs matchs, tout comme je le fais avec l’équipe CFA de Lyon par exemple..quand on supporte vraiment un club, on supporte tout le monde, les pros, les jeunes, et même les filles…et pour la France je vois rien de choquant a ce que ce soit la même chose.

    Alors oui, le foot féminin ce n’est pas du foot masculin, a tous les niveaux, mais je vois pas en quoi on aurait pas le droit de s’y intéresser, de s’y « enthousiasmer » et de les supporters sous prétexte que le niveau de jeu est très largement inférieur a celui des masculins.

    • ape93

      7 juillet 2015 at 1 h 55 min

      Tu as tous les droits évidemment ! T’y intéresser, je te le souhaite et t’encourage même à continuer. Je ne dis pas qu’il ne faut pas s’enthousiasmer, mais je me demande plutôt pourquoi j’ai la désagréable impression qu’on pas le droit de ne pas s’enthousiasmer 😉
      C’est plus une étude sociologique qu’une plaidoirie contre le football féminin.
      Et je tâcherais de pousser l’objet d’étude un peu plus loin dès demain si ça te tente de relire sur le sujet.
      Promis j’essaierais de me faire mieux comprendre si ce n’était pas assez clair mais mon intention n’est absolument pas de « critiquer » le football féminin.
      Je ne faisais que répondre à ceux qui le compare au football masculin.
      Et pour ce qui est des chouineries, des simulations, etc. Elles ne sont déjà pas le fait de la majorité des joueurs de foot, mais plutôt d’une minorité.
      Et comme je le rappelais, l’enjeu et le contexte sont tellement différents que la pression du résultat est mille fois plus importante.
      Je ne dis pas que c’est une excuse, mais c’est une raison qui a pour moi son importance.

      Quant à ton « supportérisme », je le salue mais chacun est libre de supporter un club à sa manière. Il n’y a pas de bons et de mauvais supporters, simplement des supporters différents, avec une culture et une histoire liée au football qui est différente.

  2. karim

    11 juillet 2015 at 0 h 18 min

    Féminisation de la société quand tu nous tiens…Comme quoi le sport est vraiment le reflet des problématiques sociétales.
    Bravo pour ton article car il faut un certain courage pour soulever ce genre de questions sans se faire taxer de misogynie en cette grande époque de « liberté d’expression »
    Continues comme ça , t’as au moins un supporter !

    • Humeur 2 Foot

      14 juillet 2015 at 13 h 13 min

      Ah bah merci bien, ça fait plaisir ! 😉

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *