Bilan J12 : Le trio « PLM » qui confirme mais qui ne séduit pas

By
Updated: novembre 4, 2014
Le héros Marc Planus ; Bordeaux contre Toulouse, Ligue 1, 12ème journée

Aucun 0-0 pour cette 12ème journée de Ligue 1, et ça ne peut que nous faire plaisir! Le trio Marseille – Paris – Lyon confirme qu’il va être difficile à débusquer cette saison tant ces trois équipes semblent être au dessus des autres. Petit zoom sur les performances individuelles et collectives de ces trois équipes. Chronologiquement, c’est le PSG qui entamait la journée avec un déplacement à Lorient et sa pelouse synthétique. Laurent Blanc décidait de faire tourner, laissant notamment Matuidi et Verratti sur le banc pour donner les clés du milieu à Motta et Cabaye.

Dans l’idée, pourquoi pas, surtout avant le Classico face à l’OM de dimanche prochain, mais dans les faits, le PSG n’a que très rarement aussi mal joué. Bousculé de toute part, les parisiens rentrent à la mi-temps menés d’un but. Très joli but d’ailleurs, qui rappelait aux nostalgiques de Christian Gourcuff qu’on peut pratiquer du beau jeu avec des joueurs limités. 13 tirs à 2 à la mi-temps en faveur des Merlus, du jamais vu!

Un homme cristallisait la défaillance parisienne, Yohan Cabaye. Peu à son aise depuis son arrivée, il a multiplié les erreurs grossières (un crochet en tant que dernier défenseur à la limite de sa surface qui amène un face à face remporté par Sirigu face à Jordan Ayew, et une relance en arrière complètement raté qui amène une autre grosse occasion) et le costume du Paris Saint germain semble un peu trop grand pour lui. Au LOSC, à Newcastle, il rayonnait. En bleus, il fait le job. Mais entouré de stars, il ne parvient pas à se mettre au niveau, et le retour de Rabiot dans le groupe laisse présager un départ cet hiver, sûrement pour un retour en Angleterre où il reste apprécié.

Après une bonne soufflante dans le vestiaire de Laurent Blanc, les parisiens rentrent plus motivés, et décidés à forcer la décision. Sur une très belle action collective, Motta s’enfonce dans la surface, sert Pastore qui lui remet d’une subtile louche comme il en a l’habitude et sert Cavani qui doit s’y reprendre plusieurs fois avant de marquer. Dans la continuité, Verratti remplace Cabaye et adresse une parfaite passe en profondeur pour le deuxième entrant, Bahebeck, qui contourne le gardien et marque dans un angle fermé. Le PSG a réussi à s’imposer dans ce match piège, n’a toujours pas perdu cette saison et continue à maintenir la pression sur l’OM.

 

Plus tard dans la soirée, c’était au tour de l’OL de se déplacer sur la côte d’Azur, à Nice. Rien à signaler en première période sous les yeux de Didier Deschamps. Et puis, un des joueurs les plus hués de la saison, Grégoire Puel s’en va titiller la lucarne d’une puissante frappe suite à un dégagement raté de Bedimo. Il aura au moins eu le mérite de réveiller les lyonnais qui vont, grâce au presque retraité Malbranque et à l’intenable Lacazette, renverser la tendance pour finalement s’imposer 3-1 après un match plutôt maîtrisé.

 

En clôture de cette 12ème journée, l’OM recevait donc Lens, pour ce qui semblait être une promenade de santé. Et ça en prenait plutôt bien le chemin puisqu’à la 11ème minute, N’koulou reprenait un corner dévié de Thauvin pour venir crucifier le gardien remplaçant lensois d’une tête plongeante. Mais les lensois donnaient tout et réussissaient à contrer le système marseillais. C’est d’ailleurs sur un joli contre qu’ils égalisent par Guillaume et relancent le match. La mi-temps ne change pas la physionomie du match, les marseillais sont brouillons,Gignac engueule Thauvin pour des mauvais choix, l’atmosphère est tendue. Le buteur marseillais se mue alors en passeur en servant parfaitement en retrait Thauvin qui d’un plat du pied trouve la lucarne. L’OM mène de nouveau, mais dans la foulée, perd Romao, coupable de plusieurs fautes et prié de rentrer aux vestiaires. L’OM finit à 10, les lensois poussent et Mandanda sort la parade qu’il faut à la dernière seconde dans un face à face avec Thouzgar. L’OM garde ses quatre points d’avance sur le PSG et c’est bien là le principal pour eux.

Les trois équipes de tête n’ont donc pas vraiment rassurés sur leur niveau de jeu, mais elles se sont imposées, et en championnat, « l’important, c’est les trois points ». Pour ce qui est de la dynamique, le PSG a tellement été mauvais en première période qu’il est difficile d’en tirer des conclusions autre que, quand elle n’a pas envie, tout le monde peut battre cette équipe mais à l’inverse, quand elle met le bleu de chauffe, l’écart est trop important. L’OL en est désormais à sa quatrième victoire consécutive, ça commence à faire mais Gourcuff s’est de nouveau blessé, paraît-il… Enfin, à Marseille, c’est curieusement après cette victoire que les supporters semblent plus inquiets. Être bousculé de la sorte par des lensois volontaires mais limités ne les as pas rassuré avant le choc face au PSG.

 

Dans les autres matchs, j’ai aimé le derby « breton » entre Nantes et Rennes, qui s’est terminé sur un score nul, mais agréable, surtout grâce aux nantais et à leur public. Metz et Caen sont deux promus qui nous ont offerts un joli spectacle au stade Saint-Symphorien pour une victoire des grenats par 3 buts à 2. Bordeaux gagne à domicile face à Toulouse avec une équipe remaniée tandis que les violets restent sur trois défaites consécutives. Le beau jeu souhaité par Alain Casanova ne semble pas encore au point et sa défense à trois qui change systématiquement est loin d’être un gage de sécurité. Lille et Saint Etienne s’affrontait dans ce qui était un gros match les saisons dernières, l’intensité était là entre ces deux équipes européennes, mais on retiendra surtout le match des deux gardiens de buts, qui ont chacun sorti un penalty. Guingamp sort de la ozone rouge grâce à sa victoire contre Bastia et enfonce un peu plus le club corse qui vient de se séparer de Claude Makélélé, premier entraîneur limogé de la saison. Trop habitué à côtoyer des stars, le poste n’était sûrement pas fait pour lui. Enfin, Montpellier poursuit sa route en gagnant 2-0 face à Evian grâce au premier but (forcément) de Kevin Berigaud, ancien pensionnaire de l’ETG.

 

Mes tops de la journée :

  1. Marc Planus : c’est la belle histoire du jour. Titulaire avec son club de toujours pour pallier les blessures et suspensions, il s’offre un but pour son premier match après plusieurs mois sans jouer. Un joli cadeau.
  2. Alexandre Lacazette : auteur d’un doublé sous les yeux du sélectionneur, il s’impose de plus en plus comme le patron de l’attaque rhodanienne.
  3. Florent Malouda : le premier but de l’ancien international français en Ligue 1, certes sur penalty, mais dans les arrêts de jeu. On salue l’ancien lyonnais comme il se doit!

Mes flops de la journée :

  1. Yohan Cabaye : Evidemment. Il aurait été difficile qu’il en soit autrement tant il a semblé perdu sur le terrain, cherchant à trop en faire quand il fallait jouer simple. Complètement à l’envers sur ce match.
  2. Paul Georges N’tep : Exclu deux minutes après son entrée en jeu en coupe de la ligue mercredi, il s’est aujourd’hui presque battu avec son entraîneur qui lui reprochait un tacle trop sévère lors d’un conservation de balle où justement, les tacles étaient interdits. Quand ça veut pas…
  3. Sylvain Armand : Lui aussi a failli inscrire un doublé, mais contre son camp cette fois ci. Face à son club formateur, il n’avait pas la tête à l’endroit et s’est constamment fait bousculé dans le domaine aérien.

Bilan J12 : Le trio « PLM » qui confirme mais qui ne séduit pas

Les dernières infos foot sur : Bilan J12 : Le trio « PLM » qui confirme mais qui ne séduit pas.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *