Bilan J10 : Vivement la J11 et l’Olympico!

By
Updated: octobre 22, 2014
Lyon vs Montpellier - Ligue 1 - 19/10/2014
Et bien, gros weekend remplis d’actualités en Ligue 1 pour le compte de cette dixième journée. Sans revenir sur les débordements et leur traitement médiatique, il est désormais temps de s’intéresser au contenu de nos clubs français! Parce qu’encore ce weekend, on a vu des matchs plutôt sympas.
L’OM continue d’écraser ses adversaires en première période pour ensuite mieux gérer en seconde, une sorte de rouleau compresseur qui en est maintenant à huit victoires consécutives. Ceux qui disent qu’elles ont été obtenu contre des adversaires logiquement plus faibles n’ont pas tort, mais les deux matchs face à Toulouse et Saint Etienne, deux bonnes équipes de notre championnat sont quand même intéressants.
Lyon, qui a une nouvelle fois raté son début de championnat, se reprend cette fois plus vite que d’habitude et vient se placer à la quatrième place, un point derrière Bordeaux et le PSG et à huit points de l’OM. Autant vous dire que le prochain match vaudra son pesant d’or et on saura en tirer les conclusions qui s’imposent. Les lyonnais ont donc remporté face à Montpellier leur quatrième victoire à domicile de suite, en s’imposant 5-1 dans un match très rythmé et avec un groupe quasiment au complet. Avec une défense Jallet – Bisevac – Umtiti – Bedimo, c’est du sérieux. On remarque quand même qu’il y figure deux anciens du PSG, alors voilà au moins un club qui a compris comment profiter de l’arrivée des qataris! Placé devant eux, Gonalons continue à être l’emblème du club, celui qui fait le lien entre les jeunes et les plus vieux, et qui sur le terrain, fait aussi le lien entre phases offensives et défensives. Pour compléter le travail de sape de Gonalons, on trouve Ferri et Tolisso, chargés aussi de se projeter vers l’avant et d’alimenter les joueurs offensifs en ballon : on pense évidemment à Gourcuff, véritable dépositaire du jeu lyonnais sur ce match là. Tous les ballons sont passés par lui, il inscrit en plus un doublé, bref, on sent qu’il ne lui manque plus que le rythme pour revenir à son meilleur niveau. Seul problème, le rythme, ça fait maintenant quatre ans qu’on attend qu’il le retrouve. On espère simplement pour lui qu’il sera dorénavant épargné par les blessures car c’est un vrai plaisir que de le voir jouer. Et puis en duo d’attaque, la paire Lacazette – Fekir, du feu dans les jambes pour ces deux joueurs très généreux. Le but de Fekir montre qu’il a du talent, cette balle piquée au dessus du gardien, nombre d’attaquants auraient choisi la frappe en force ou le plat du pied-sécurité. Tant qu’il continue à être entouré comme il est, il pourra exprimer son talent sans être la star de l’équipe. Souvenez vous de Benzema, il a su s’imposer par son talent, mais aussi car dans l’équipe, il y avait des tauliers bien plus importants (Juninho, Malouda, Cris pour ne citer qu’eux). On souhaite le même destin à Fekir, même si on attendra un peu avant de s’enflammer quand même. Le football est un sport où les promesses sont très difficiles à tenir…
Toujours est-il que c’est le choc des Olympiques qui nous attend à Gerland dimanche soir, et il s »annonce explosif tant les deux équipes sont celles qui proposent le plus de jeu à leur supporters.
En tout cas, on peut raisonnablement penser que le PSG scrutera d’un œil averti ce choc de la onzième journée de Ligue 1.
Le PSG justement, qui s’est donc imposé 3-1 face à Lens sur la pelouse du Stade de France. enfin, si on peut encore appeler ça une pelouse… Une équipe lensoise vaillante mais qui a cédé face au talent de quelques joueurs parisiens, le but de Maxwell, de son mauvais pied étant juste un exemple parfait de maîtrise du ballon. Seul hic, le PSG a perdu Cavani, Zlatan ne semble toujours pas se remettre de sa blessure, les prochains matchs s’annoncent bien compliqués avec le seul Bahebeck comme attaquant d’axe! Le probable retour de Lavezzi contre les girondins de Bordeaux ne devrait pas être de trop…
Des bordelais qui n’arrivent plus à gagner et qui, peu à peu, rentrent dans le rang. Un match nul à domicile face à des caennais valeureux, autant dire que le match au parc des princes qui se profile sera compliqué. Diego Rolan, qui faisait leur bonheur en début de saison, semble retomber dans ses travers, Khazri a fait une entrée totalement ratée à une demi heure de la fin, et Cheikh Diabaté n’est sûrement pas celui par qui passera la construction du jeu.
Autre résultat qui a son importance, la victoire de Saint Etienne à Lorient dans un match terne, sans saveur ni coup d’éclat, où seul la frappe de Lemoine est venu réveiller le Moustoir. La saison s’annonce bien longue pour les merlus, qui voient revenir derrière eux Bastia, vainqueur à Nice sur une erreur énorme de Souleymane Diwara (seule chose à dire de ce match) et Guingamp, vainqueur surprise à Lille grâce à une tête de Beauvue et au premier but de leur recrue danoise Schwartz. Enfin, Monaco continue sa remontée au classement et revient à quatre points du PSG, on peut raisonnablement penser qu’ils viendront se mêler à la lutte pour les places européennes d’ici deux à trois journées.
Mes tops de la journée :
  1. Yohan Gourcuff : « Guess who’s back, back again ». Première titularisation de la saison, deux buts, peu de déchêts, une belle activité, et une interview au micro de Canal+ à la mi-temps où on comprend tout de suite qui est son père.
  2. Maxwell : c’est son centre qui est repris pour Cabaye pour l’égalisation du PSG, il inscrit le deuxième but d’un superbe lob pied droit et c’est sur son centre que Cavani obtient le pénalty permettant au PSG de se mettre à l’abri. Du grand Maxwell.
  3. Christophe Jallet : jamais dépassé, précieux dans la relance, toujours disponible, il offre en plus à Yohan Gourcuff son deuxième but sur un centre en retrait et a été impliqué dans quatre des cinq buts lyonnais.
Mes flops de la journée :
  1. Djibril Sidibé : il rate la balle de l’égalisation sur un raté énorme, seul face au but, avec le temps de voir arriver le ballon, mais l’envoie finalement en touche. Il s’est souvent fait déborder et n’a pas su tenir son côté.
  2. Souleymane Diawara : Se faire prendre par l’effet d’un ballon, à 35 ans, après autant de matchs en Ligue 1 et en plus rater son dégagement qui permet à Ayité de filer seul au but, du Souley dans le texte.
  3. Nicolas Rainville : il a sifflé la fin du mach vendredi soir à la 59ème minute. Merci à lui.

Bilan J10 : Vivement la J11 et l’Olympico!

Les dernières infos foot sur : Bilan J10 : Vivement la J11 et l’Olympico!.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *