PSG/Barça – Les raisons d’un échec (2/2) : un entraîneur hermétique

By
Updated: avril 16, 2015
Laurent Blanc, PSG, PARIS SG, Qatar, Ligue 1, Paris, Ibrahimovic, coach, entraîneur

Hier, le PSG se présentait face au FC Barcelone très amoindri, avec une équipe décimée par les blessures et les suspensions. Des absences qui ont pesé lourd dans la balance, certes, mais aucune décision de l’entraîneur en place n’a été prise hier. Après s’être interrogé sur les blessures à répétition des joueurs parisiens cette année, deuxième volet de ce dossier sur Laurent Blanc.

Que ce soit tactiquement ou dans le placement des hommes, il n’a rien fait de plus que de positionner des joueurs dans un schéma fixe. Pas de prise de risque, pas de plan de jeu, pas de capacité à s’adapter aux joueurs dont il dispose,  c’est un entraîneur qui ne change pas, qui ne progresse pas. Ne tentant donc rien de « spécial » alors que justement, le onze aligné était spécial.

Rabiot, Cabaye, Matuidi… Ce trio au milieu de terrain n’avait été essayé qu’une seule fois cette saison, contre… Bastia ! Pour la défaite mémorable 4-2. Alors évidemment contre le Barça, il fallait retenter, ça pouvait passer… Mais bien sûr…

Alors oui, il y a les absents, il y a la blessure de Thiago Silva, il y a la rentrée d’un David Luiz diminué. Mais dans ce cas, pourquoi s’entêter à jouer dans la même tactique ? Laurent Blanc n’a rien décidé, il n’a rien fait d’autre que remplacer ses meilleurs joueurs par des joueurs moins forts, aux mêmes postes. Pas de Motta ? On va mettre Cabaye devant la défense, malgré sa capacité à se projeter autour de la surface. Pas de Verratti ? On va mettre Rabiot, un p’tit jeune du centre de formation qui n’a joué que cinq matchs de coupe d’Europe. Et on ose penser que le milieu va jouer de la même manière ?

Ce n’est même plus de l’incompétence,  c’est de la bêtise pure et simple. Aucune adaptation, aucune surprise comme je l’avais prévu il y a quelques jours, Laurent Blanc est hermétique aux changements, et ne prend ses décisions qu’en fonction des circonstances. Tout au long de la saison, 95% de ses remplacements n’étaient que du poste pour poste. Il a bien essayé à l’heure de jeu de modifier le cours du match, mais sans changer de système et en descendant Pastore. Résultat, l’équipe fut en total déséquilibre.

N’aurais-t-on pas pu voir un 4-4-2 avec un milieu renforcé et Cavani/Lavezzi dans l’axe ? Voir même la possibilité de placer David Luiz au milieu, avec Pastore en soutien du seul Cavani ? Tenter quelque chose quoi, avoir un plan !

Et pourtant, les analyses qui ont suivi n’ont que très peu remis en cause le Cévenol, pour changer aurais-je envie de dire. Critiquer les joueurs présents sur la pelouse pour éviter de parler tactique, et parler des absents pour dire qu’il ne pouvait pas faire autrement. Encore une preuve de corporatisme peut-être ?


PSG/Barça – Les raisons d’un échec (2/2) : un entraîneur hermétique

Les dernières infos foot sur : PSG/Barça – Les raisons d’un échec (2/2) : un entraîneur hermétique.

2 Commentaire

  1. Quentin

    16 avril 2015 at 18 h 26 min

    Franchement tes deux articles n’apportent pas grand chose… mais bon c’est bien d’avoir essayé !

    • ape93

      16 avril 2015 at 19 h 00 min

      Bah oui, faut toujours essayer ! Et puis tu as tout à fait le droit de défendre Laurent Blanc 🙂

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *