Billet d’Humeur – J’ai maté Sporting Lisbonne vs Porto et j’ai pris une tarte…

By
Updated: janvier 4, 2016
adrien silva, adrien sporting, adrien portugal, sporting porto, championnat portugais

Surlendemain de réveillon, samedi soir à la maison… Forcément, je regarde quels matchs se jouent en soirée. Tiens, y a du championnat portugais et le Sporting Lisbonne reçoit le FC Porto. Ça se tente…

Surtout que la Ligue 1 m’ennuie de plus en plus. Le déchet technique, le manque d’implication, les excuses en carton… Mais je suis passionné et je continue, encore et encore.

Cette année, hormis le PSG, je prends mon pied en regardant Caen et Nice, c’est vous dire… Alors forcément, quand on aime le football, on regarde la Liga, la Premier League, voir la Bundesliga. Qui plus est, à force d’entendre (et de voir) qu’on ne vaut pas beaucoup mieux que des clubs belges ou ukrainiens, j’ai quand même voulu aller jeter un œil à ce qui se faisait ailleurs.

Rassurez-vous, je ne me suis pas non plus tapé le choc belge Zulte Waregem versus Ostende (rigolez pas, ils sont respectivement 4e et 5e de Jupiler League et pourraient poser bien des soucis au 4/5 des équipes françaises).

Non, j’ai préféré me poser devant un Sporting Lisbonne – Porto. Le championnat portugais, on en pense ce qu’on veut, mais y a de sacrés clubs. Bon allez, au moins 3… Et puis souvenez-vous qu’on a quand même vu Braga trimballer l’OM en Europa League dans le premier match de poule.

Bref, ce match portugais, c’est le premier contre son dauphin. En gros, le match à ne pas rater. Et je vais vite comprendre pourquoi.

Pour vous mettre dans le bain, petit aperçu des compos :

sporting porto, choc portugal, sporting portugal, foot portugaisfc porto, sporting porto, choc portugal, sporting portugal, foot portugais

Notez déjà les deux noms sur le banc de touche. Excusez du peu, mais moi ça me laisse rêveur.

Sinon, quelques noms bien connus, Rui Patricio, William Carvalho, Bryan Ruiz ou Islam Slimani du côté du Sporting, Casillas, Ruben Neves Herrera, Brahimi ou Aboubakar chez les dragöes.

Cinq petites minutes de jeu suffisent à me faire comprendre que je vais rester scotché devant ce match. Une intensité de fou, de l’engagement de tous les côtés, chaque joueur faisant son boulot de harcèlement sur son adversaire direct. Et une qualité technique largement au dessus de la moyenne…

Le Sporting maîtrise le ballon dans le premier quart d’heure. Ça joue vite et bien mais attention à la qualité des joueurs de Porto. Sur une ouverture lumineuse de Ruben Neves, la nouvelle pépite portugaise de 18 ans, Corona prend un peu trop de temps avant de frapper et voit le retour d’un défenseur.

Porto laisse le ballon et procède en contre, mise sur la vitesse d’Aboubakar mais se fait punir à la 26e minute. Sur un coup franc parfaitement tiré par Jefferson (un latéral qui tire les coups de pieds arrêtés, ça veut tout dire), Slimani claque une tête dont il a le secret et ouvre le score.

islam slimani

Les locaux continuent d’avoir le pied sur le ballon mais Porto se veut plus entreprenant. Et Aboubakar manque la balle de l’égalisation, même si Rui Patricio anticipe parfaitement et sort très vite dans ses pieds.

Tout va très vite, les sorties de balles sont parfaites et les deux équipes se livrent une vraie bataille tactique.

Pas le temps de m’ennuyer que l’arbitre siffle la mi-temps. Un match de foot, un vrai…

Forcément, je me risque à un parallèle avec la Ligue 1. Par exemple, combien de fois vous êtes vous dis « mais même moi j’fais mieux que lui » ?

pied carré, ligue 1 mauvais, controle raté, koji nakata

Sauf que cette fois-ci, pas de place pour l’amateurisme. Bien au contraire. À vrai dire, c’est plutôt le genre de matchs ou même assis sur son canapé, on peut se manger une feinte et renverser son coca sur le tapis.

Au niveau individuel, un homme illumine le match, c’est Adrien, le petit milieu du Sporting (1m75). Et pas seulement parce que je l’achetais 500k dans Football Manager 2006 (l’époque où je voulais mener Gueugnon à la victoire en Ligue des Champions, mais surtout avoir un joueur avec le même prénom que moi dans mon équipe).

football manager 2006

La paire qu’il forme avec William Carvalho est à n’en pas douter très complémentaire : abatage physique pour l’un (cumulé à de vraies qualités techniques) et vision du jeu pour l’autre.

Ce genre de joueur qui sait exactement ce qu’il va faire avant de recevoir le ballon. Passes qui brisent les lignes, transversales en demi-volée rasantes le long du sol, le ballon qui arrive de gauche pour repartir dans la profondeur sur le côté droit. Un kif.

Positionné devant lui, Bryan Ruiz, capitaine et patte gauche du Costa Rica. Passé par la Premier League et Fulham, mais révélé au niveau européen à Twente. L’élégance à l’état pur, la petite passe qu’il faut, au moment où il faut. Mais aussi cette nonchalance tellement agaçante du numéro 10. En somme, un ami du ballon, plus adepte de la caresse que du pointard.

bryan ruiz, numero 10, joueur elegant, pastore

Derrière c’est fort aussi, notamment sur les côtés. L’explosivité de Jefferson à gauche et sa qualité de centre font des ravages et Joao Pereira est toujours aussi sérieux.

À Porto, c’est pas la même musique. Aboubakar est trop brouillon, Brahimi, certes au dessus techniquement mais trop individualiste. Ruben Neves tire son épingle du jeu, mais son manque d’expérience pèse dans ce genre de matchs.

Pas le temps de m’éterniser que la deuxième période débute, et j’en salive d’avance. Si le FC Porto doit jouer pour revenir dans le match, y a moyen que je kiffe autant, voire plus.

Les joueurs de Lopetegui reviennent avec plus d’allant, obtiennent des coups francs mais les exploitent mal. Le Sporting attend sagement et ne concède pas plus d’occasions que ça. Le match devient un peu plus haché, beaucoup de fautes, de cartons jaunes. Et forcément, en contre, ça part vite.

Sur une merveille d’action initiée par… Adrien, Slimani envoie une tête sur la barre d’un San Iker sur les genoux. Cinq petites minutes plus tard, c’est encore Adrien qui prend sa chance des 25m : poteau.

Du côté de Porto, Brahimi s’enferme dans des choix individuels et on sent le deuxième but arriver. 84e minute, Bryan Ruiz ouvre parfaitement sur Slimani, parti à la limite du hors jeu, qui s’en va gagner son face à face avec Casillas et scelle le sort du match.

slimani but, slimani casillas, slimani sporting, slimani double, slimani porto

Celui qui devait signer au FC Nantes avant de privilégier le Sporting est en train d’illuminer le championnat portugais. Un doublé, mais 10 buts au total en 14 matchs, auquel on peut rajouter 12 buts en 24 sélections avec l’Algérie. Un profil à la Giroud, très bon de la tête, capable de conserver le ballon et très efficace dans la zone de vérité. Encore un qui sera revendu pour une trentaine de millions d’euros en Angleterre ça !

Coup de sifflet final, victoire nette et sans bavure des nouveaux leader lisboètes, qui passent devant leur adversaire du soir en leur infligeant leur première défaite en championnat de la saison.

Trois équipes en 4 points, du beau jeu, du très beau même, et me voilà en totale admiration du championnat portugais.

Pas une fois cette saison j’ai pris autant de plaisir en ligue 1 qu’avec ce match entre le Sporting et Porto.

De là à ce que je lâche ma bonne vieille Ligue 1, il y a un pas que je n’oserais franchir. Comme un mariage qui dure… Certes, quelques petites engueulades, quelques tentations ici et là, mais je me contente de toucher avec les yeux. Pour aller me coucher en me disant que tout ira mieux demain… Y a Nice Rennes au programme. Ben Arfa vs Quintero…


Billet d’Humeur – J’ai maté Sporting Lisbonne vs Porto et j’ai pris une tarte…

Les dernières infos foot sur : Billet d’Humeur – J’ai maté Sporting Lisbonne vs Porto et j’ai pris une tarte….

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *